Géographie intime

Mon globe file sur la toile de sa main du hasard

L’or de la route est insoumis, souffle des débris

De poussière au travers des angles de lumière

 

Rares seront les morceaux hexagonaux d’occulis

Qui vous donneront à vivre une chair absorbée d’ombre

Et de clarté pâle se mirant dans l’eau secrète des femmes

 

Inoubliés et graves, au creux de pas de sable,

Ces souvenirs livrés aux dunes sous soleils de braise

Celles qui soulignent une frontière incertaine au fond de la mémoire,

Des Asies désorientales

 

Mon globe absorbe l’inaltérable

Votre or entre les doigts

Et  votre main plus finement ridée qu’une carte

Les reliefs de votre visage

Sur le désert de ma paume

 

Mon amour

Rare et inoublié

Et rare encore et insoumis,

Vous êtes vent, sable, poussière

Et sous les cils de l’automne catalan,

Je sonde, j’aspire et me délecte de toute votre lumière

Cet article, publié dans Catalogne, Nocturnes catalanes, Poèmes, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s